Elle est slovaque.

Oubliez les clichés, oubliez ce qu’on veut vous faire entendre de l’«âme slave» à l’export. Allons à l’essentiel, à la ferveur, à l’épure. Le pari fou de cette musicienne : révéler au public français la brutalité, l’intensité et le secret des chants traditionnels de son peuple. En slovaque.

Artiste paradoxale : une formation contemporaine de haut niveau (les prestigieux Štátne Konzervatórium de Bratislava et DAMU de Prague) et une approche radicale de la tradition. Travail rigoureux, exigeant… donc accessible.

La communion : l’essence même de sa musique. «Une chanteuse charismatique à contre-courant», «un ovni», «une voix envoûtante», selon la presse.

Beata porte l’empreinte d’un pays tourmenté. Recueillement, ardeur et joie d’une artiste rétive à l’air du temps qui passe. Un coup de serpe au cœur du «musicalement correct».

Totalement inclassable.

Ecouter Beata Dreisigova